Achetez votre bec en ligne en quelques clics

Chris Potter

Soliste de classe mondiale, compositeur accompli et formidable chef d'orchestre, le saxophoniste Chris Potter s'est imposé comme un leader de sa génération. Le magazine DownBeat l'a qualifié de « l'un des saxophonistes les plus étudiés (et les plus copiés) de la planète » tandis que le Jazz Times l'a identifié comme « une figure de renommée internationale ».

Improvisateur puissant et plus jeune musicien à avoir jamais remporté le prix Jazzpar du Danemark, l'impressionnante discographie de Potter comprend 15 albums en tant que leader et des apparitions en tant que sideman sur plus de 100 albums. Il a été nommé pour un Grammy Award pour son travail en solo sur In Vogue, un morceau de l'album Pink Elephant Magic de Joanne Brackeen en 1999, et a été mis en avant sur l'album de Steely Dan, Two Against Nature, qui a remporté un Grammy Award en 2000. Il a joué ou enregistré avec de nombreux grands noms du jazz, tels que Herbie Hancock, Dave Holland, John Scofield, le Mingus Big Band, Jim Hall, Paul Motian, Dave Douglas, Ray Brown et bien d'autres.

Son enregistrement Ultrahang est le point culminant de cinq années de travail avec son quartet Underground, avec Adam Rogers à la guitare, Craig Taborn à la Fender Rhodes et Nate Smith à la batterie. Enregistré en studio en janvier 2009 après une longue tournée, il présente le groupe à son meilleur niveau de liberté et de cohésion.

Depuis qu'il a fait irruption sur la scène new-yorkaise en 1989 en tant que prodige de 18 ans avec l'icône du bebop Red Rodney (qui avait lui-même joué dans sa jeunesse aux côtés du légendaire Charlie Parker), Potter a connu une croissance constante en tant qu'instrumentiste et compositeur-arrangeur. Dans les années 90, il a continué à acquérir une expérience inestimable en tant que musicien d'accompagnement tout en s'affirmant comme leader, compositeur et arrangeur. Des sorties acclamées comme Unspoken en 1997 (avec le bassiste et mentor Dave Holland, le batteur Jack DeJohnette et le guitariste John Scofield), Vertigo en 1998, Gratitude en 2001 et Traveling Mercies en 2002 ont montré un penchant pour la prise de risque et le changement de genre.

Potter a exploré de nouveaux territoires sur Lift, un film partiellement électrique, en 2004 : Live at the Village Vanguard (avec le bassiste Scott Colley, le batteur Bill Stewart et le clavier Kevin Hays), puis il a repoussé les limites un peu plus loin sur Underground, en 2006 (avec le guitariste Wayne Krantz, le pianiste électrique Craig Taborn et le batteur Nate Smith). Comme il l'a déclaré au Jazz Times : « J'ai voulu faire quelque chose de plus funk... de la musique qui semble être dans l'air, tout autour de nous. Mais aussi la garder aussi libre que la conception la plus libre du jazz ».

Il a poursuivi dans cette veine électrifiée et orientée vers le groove avec Follow The Red Line en 2007 : Live at the Village Vanguard (avec le guitariste Adam Rogers qui remplace Krantz dans la programmation). Avec l'ambitieux Song For Anyone (également sorti en 2007 et dédié à la mémoire de Michael Brecker), Potter fait travailler ses muscles en tant qu'arrangeur sur du matériel original pour un ensemble élargi comprenant des cordes et des bois.

Aujourd'hui vétéran respecté, Potter continue à travailler comme chef d'orchestre et accompagnateur. Comme son collègue de longue date, le saxophoniste-compositeur alto Dave Binney, l'a dit à Down Beat, « Chris est ouvert à tout maintenant. À partir de maintenant, tout peut arriver».

Crédits photos : Kristina Koller - Tamas Talaber

Ecouter sa
musique

Albums (2)

Circuits
2019
The Dreamer Is The Dream
2017
Toute son
actualité
Plus d'actualités
Découvrez aussi
Tous les artistes