Mark VI publicitéLe 19 mars 1954, un saxophone a été emballé et expédié à Selmer USA. Cet instrument, numéro 53727, était le premier Mark VI à être expédié. Cela a été utilisé plus tard dans une campagne publicitaire qui indiquait: « si votre saxophone porte un numéro de série inférieur à 53727, vous passez à côté de nombreuses fonctionnalités offertes par le Mark VI ». Et il y avait une belle photo d'un saxophone ténor. C’est une formidable campagne publicitaire, mais c'est un parfait exemple de pourquoi il y a tant de confusion sur l'histoire de SELMER.

Tout d'abord, le n° 53727 était un alto, pas un ténor. Deuxièmement, le n° 53727 n'était pas le premier de la série, juste le premier envoyé aux USA. Troisièmement, le n° 53727 ne marquait pas la fin des Super Action. Parmi les 1000 instruments suivants, seulement 56 d'entre eux étaient des Mark VI. Les 944 autres étaient des Super Action.

En 1952, autour du n° de série 49000 quelques prototypes Mark VI commencent à apparaître. Au début des 54000, de petits essais de production débutent. Vers 55000 le Mark VI fonctionne bien à plein régime. En général les ténors Mark VI commencent autour de 54500, les altos autour de 55000, les barytons plus proches de 56000, et les sopranos n'ont en fait pas pris l'aspect du Mark VI jusqu'à presque 70000, la toute dernière série des 69000.

Le nom Mark VI était en fait une idée marketing américaine, tout comme le Balanced Action et le Super Action, tous deux des noms américains. Le Mark VI semble provenir, du fait qu'il s'agit de la sixième génération de saxophones Selmer: le modèle 22, le modèle 26, par commodité nous ignorerons le Large Bore qui en faisait un peu partie, la Série des SSS, le Balanced Action, le Super Action, et puis le Mark VI.

Henri SELMER Paris n'a identifié comme Mark VI aucun de ses instruments pendant les huit premières années environ. Il y a une façon très intéressante de savoir si votre saxophone est un instrument du marché américain ou non. Si “Mark VI” est gravé sur l'instrument, cette gravure aura été effectuée à Elkhart, Indiana. Si vous possédez un Mark VI entre les n° 55000 et 140000 qui n'indique nulle part “Mark VI”, ce n'est pas un instrument du marché américain. Il se peut qu'il soit canadien, britannique il se peut qu'il soit européen ou sud américain, mais il ne s'agit pas des USA.

Marquages Mark VI

À partir du n° 141000 les altos et les ténors ont été les premiers à être marqués Mark VI en France. Il s'agissait d'un tout petit marquage vertical sur le corps du haut et il est connu - sans surprise - comme le marquage vertical. Maintenant si vous regardez attentivement ce marquage, c'est exactement le même poinçon que celui utilisé sur les sopranos à partir de 1963. Donc, ce sont les sopranos qui portent la toute première identification du Mark VI français.

La seconde était un marquage vertical sur le corps de 141000 à 143000, donc juste pour environ quatre mois de production. À la fin de cette période, le Mark VI était marqué sur la bague pavillon/culasse, à l'échelle mondiale. Mais vous pouvez toujours savoir s'il s'agit d'un saxophone américain ou non ; le copyright original du mot Mark VI était américain. Donc, sur chaque instrument qu'ils recevaient, du n° 143000 jusqu'à la fin des Mark VI et des Mark VII également, les Américains gravaient une marque de copyright, un ® cerclé à la suite de “Mark VI”. Par conséquent, si vous possédez un saxophone qui est juste marqué “MARK VI”, ce n'est pas un produit américain. S'il porte le ®, il s'agit d'un produit américain.

Mark VI

Mais qu'est-ce que j'entends par un Mark VI du marché américain ? Henri SELMER Paris expédiait à Selmer USA des saxophones complètement assemblés, toutes les clés étaient montées, les tampons collés mais les tampons n'étaient pas tous présents et l'instrument n'était pas réglé. Ils étaient emballés par quatre dans une caisse avec les bocaux emballés séparément dans une petite boîte séparée dans la même caisse. Donc, quatre bocaux et quatre saxophones se trouvaient complètement assemblés. Une fois arrivés à Elkhart, ils étaient démontés, tamponnés, vernis gravés ou plaqués selon le cas - mais la quasi-totalité était vernie dans le style vernis foncé américain - et enfin réglés.

Donc il n'est pas techniquement pas juste de dire que les saxophones étaient assemblés aux Etats-Unis, ils étaient plutôt réglés aux Etats-Unis, car chaque saxophone Henri SELMER Paris a été fabriqué à l'usine de Mantes-la-Ville en France. Autre différenciation entre le Mark VI du marché américain et le Mark VI du marché européen était que les Américains démontaient l'instrument pour le tamponner et le remontaient, ils enlevaient la culasse et en fait soudaient la culasse au corps. Le marché européen ne  faisait pas cela, c'est donc une différence majeure.
 

► Abonnez-vous à notre chaîne youtube pour ne manquer aucun épisode