Steve
Lacy

Steve Lacy fut le premier, après Sydney Bechet, à se consacrer uniquement au saxophone soprano. À travers sa souplesse, sa richesse de timbre et son swing, il donna à l’instrument un nouveau souffle et incita notamment John Coltrane à s’y mettre.

Steven Norman Lackritz naît en 1934 à New York. Adolescent, il photographie des musiciens pour vendre leurs portraits lors des concerts. C’est à cette occasion qu’il rencontre celui qui l’initiera au jazz : le musicien et chef d’orchestre Cecil Scott.

Il se professionnalise au début des années 1950 en jouant de la clarinette et du saxophone dans des clubs, tout en étudiant à la Schilliger House of Music de Boston puis à la Manhattan School of Music. Sa rencontre avec le pianiste Cecil Taylor, en 1953, lance véritablement sa carrière. Celui-ci lui fait notamment découvrir la musique de Thelonious Monk qui sera sa principale source d’inspiration et qu’il jouera tout au long de sa vie.

Il se spécialise rapidement dans le saxophone soprano et en devient la figure majeure. S’il est le partenaire principal de Cecil Taylor, il joue également avec Roswell Bud, Gil Evans, ou encore Thelonious Monk, son mentor.

Dans les années 1960, après avoir participé à l’essor du free jazz avec Ornette Coleman, il part s’installer en Europe et y devient l’un de ses principaux représentants. Musicien considéré comme solitaire, il joue et enregistre beaucoup en solo (ses propres compositions et celles de Monk), mais aussi en duo ou avec son groupe.

Steve Lacy est décédé en 2004 à Boston. Il était retourné aux États-Unis trois ans plus tôt pour enseigner au New England Conservatory. Figure marquante du free jazz et du saxophone soprano, il fut une source d’inspiration pour de nombreux saxophonistes et notamment pour John Coltrane. Il a longtemps joué sur un Mark VI avant d'opter pour le Série III.

« Le blues, c’est la carcasse, la chair et le sang de ma musique »

Découvrez aussi
Tous les artistes