Chico Freeman

Considéré comme l'un des plus importants saxophonistes de notre temps, compositeur et producteur, Chico Freeman a mis au point une approche immédiatement reconnaissable de la musique et de la composition, mêlant ce qu'il a vécu dans son passé et apportant de la fluidité dans un avenir aux possibilités musicales infinies.

Au début des années 2000, avec des dizaines d'enregistrements en tant que leader, Chico Freeman a quitté New York pour l'Europe afin d'entamer un nouveau chapitre de sa vie : l'exploration en se concentrant sur son propre perfectionnement et sa réflexion personnelle. Sa soif de s'immerger dans sa musique, sa curiosité d'explorer le travail avec différents musiciens et la vie dans différentes cultures et de se mettre au défi d'être meilleur qu'il ne l'était.

"J'ai beaucoup voyagé et joué sur la route avec des maîtres tels que McCoy Tyner, Elvin Jones, Jack DeJohnette, Sam Rivers, Sun Ra, Dizzy Gillespie et tant de grands du jazz, et j'ai dirigé mes propres groupes, notamment en fondant The Leaders et le groupe Roots, mais une voix intérieure me disait qu'il fallait passer à un autre niveau, tant musicalement que personnellement", explique Freeman. "Tu dois travailler avec d'autres musiciens de différentes cultures et créer de nouvelles voies d'expression".

Dans le cadre de l'héritage familial Freeman de Chicago, son père, le légendaire saxophoniste Von Freeman, maître de jazz de la NEA, ses oncles, le guitariste George Freeman, et le batteur Bruz Freeman, Chico a accumulé une expérience variée allant du R&B au blues, du hard bop à l'avant-garde.

Ses études collégiales en composition et théorie avancées à la Northwestern University l'ont amené à enseigner la composition à l'école de musique de l'AACM (Association for the Advancement of Creative Musicians), et tout en obtenant son master en composition et théorie à la Governor State University, il a étudié la composition avec le maître de jazz de la NEA, Muhal Richard Abrams.

Bien que le jazz ait été la première musique à laquelle Freeman a été exposé, nombre de ses premiers concerts professionnels ont eu lieu dans des clubs de Chicago avec des artistes de blues tels que Memphis Slim et Lucky Carmichael. Freeman a ensuite joué avec les grands de la pop et du R&B The Temptations, Michael Jackson, The Four Tops, Jackie Wilson, The Dells, The Isley Brothers et The Eurythmics.

À son arrivée à New York, il commence immédiatement à travailler avec Jeanne Lee, Mickey Bass, John Stubblefield et Cecil McBee. Grâce à des stages à New York et à l'étranger auprès d'innovateurs tels qu'Elvin Jones, Don Pullen, Sam Rivers, Sun Ra et Jack DeJohnette, Freeman a développé son propre groupe et s'est rapidement fait connaître par son style énergique et exploratoire.

Peu d'artistes peuvent égaler sa liste d'associations musicales : Dizzy Gillespie, McCoy Tyner, Elvin Jones, Charles Mingus, Jack DeJohnette, Art Blakey, Wynton Marsalis, Branford Marsalis, Hank Jones, Freddie Cole, Joe Henderson, Bobby Hutcherson, Roy Haynes, Von Freeman, Arthur Blythe, Billy Hart, Lester Bowie, Famadou Don Moye, Cecil McBee, Kirk Lightsey, John Hicks, Mal Waldron, Earth, Wind & Fire, The Eurythmics, The Temptations, The Four Tops, Sting, et bien d'autres. De l'Amérique du Sud à Porto Rico, Cuba et la République dominicaine, Freeman a joué et enregistré avec des grands noms de la musique latine tels que Chucho Valdes, Tito Puente, Machito, Irakere, Arturo Sandoval, Celia Cruz, Giovanni Hidalgo, Paulinho DaCosta, Nana Vasconcelos, Ray Barretto, Eddie Palmieri et le célèbre El Gran Combo de Porto Rico.

Un concert légendaire au Lincoln Center, donné par The Young Lions, un groupe salué par la critique comme les plus grands espoirs du jazz des années 1980 - Chico Freeman, Wynton Marsalis, Paquito D'Rivera, Kevin Eubanks et d'autres - a produit un album sur lequel Freeman joue presque chaque morceau. Sa composition de 14 minutes intitulée Whatever Happened To The Dream Deferred? a été qualifiée de "l'un des meilleurs de l'album" par le New York Times.

Lorsque des groupes de superstars étaient organisés par des promoteurs en Europe, Freeman a réuni The Leaders - un sextuor composé de chefs de groupes de renommée internationale. Le groupe, composé de Cecil McBee, Kirk Lightsey, Lester Bowie, Arthur Blythe et Famadou Don Moye, a établi la norme en matière de musique éclectique et innovante d'un groupe entièrement composé de compositeurs.

Le groupe Roots a été formé lors de la célébration du 150e anniversaire de l'invention du saxophone par Adolphe Sax. Ce groupe était composé des saxophonistes de renommée internationale Nathan Davis, Benny Golson, Arthur Blythe et Chico Freeman. Avec Buster Williams (basse) et Winard Harper (batterie), ce groupe a fait le tour du monde et a ravi le public avec ses arrangements uniques et sa brillante improvisation.

Avec son dernier album Spoken Into Existence sur Jive Music, Chico Freeman a fait savoir qu'il est toujours une force avec laquelle il faut compter. Il s'adresse à une cohorte de belles mélodies encadrées dans un éventail de styles (hip hop, funk, bebop, post-bop, blues, mélodies évoquant des gammes africaines et asiatiques) et les interprète sur des saxophones ténor et soprano avec une intention vive, une exécution décisive et un contrôle tonal qui transforme ses instruments métalliques en équivalents de la voix humaine.

S'il a été surnommé "jeune lion" il y a trois décennies pour sa participation à l'enregistrement de 1982 avec d'autres stars en devenir, Wynton Marsalis, Kevin Eubanks, Paquito D'Rivera, Bobby McFerrin, Freeman mérite aujourd'hui d'être appelé "un maître de son instrument".

Spoken Into Existence est le troisième album de Freeman sur l'étiquette autrichienne Jive Music, et le premier à paraître aux États-Unis. Il fait suite à The Essence of Silence, sorti en 2010, et à Elvin: The Elvin Jones Project, sorti en 2012, sur lequel Freeman, rejoint par une section rythmique américaine de première classe (George Cables, piano ; Lonnie Plaxico, basse ; Winard Harper, batterie) et, sur deux sélections, Joe Lovano. Le groupe joue un répertoire associé à Elvin Jones, le batteur emblématique, qui a engagé Freeman en 1976, peu après qu'il ait quitté sa ville natale de Chicago pour New York, et a parrainé le deuxième enregistrement de Freeman, Beyond The Rain, sur Contemporary Records.

Pour Freeman, Spoken Into Existence manifeste par des notes et des sonorités le sens du dicton de Michael Jordan, "Il faut le voir pour l'être", ou, comme le dit Freeman : "vous pouvez manifester ce que vous voulez réaliser ou le matérialiser si vous pouvez le voir clairement", et de l'aphorisme, "les mots sont des choses."

Photo credits : Lois Gilbert - Irinis Thrassos

Il y a d'abord l'expression, et lorsque vous avez besoin de vous exprimer davantage, vous développez la technique pour atteindre cet objectif.

Ecouter sa
musique

Albums (3)

Spoken Into Existence
2015
Elvin
2012
Lord Riff and Me
2011
Sa sélection
D'instruments
Clarinette Basse
Clarinette Basse Privilège à l'Ut

Clarinette Basse Privilège Système Boehm à l'Ut Grave offre une acoustique exceptionnelle qui s’inscrit dans la tradition Henri SELMER Paris. Sa facilité d’émission étonnante et une ergonomie apportent un confort de jeu unique.

Saxophone Soprano
Soprano Super Action 80 Série II

Instrument timbré, riche en harmoniques aiguës, il possède un excellent pouvoir de projection.

Sa conception (tube d'une seule pièce) garantit une parfaite précision d'émission, ainsi qu'une grande fiabilité de jeu.

Saxophone Soprano
Soprano Série III

Le soprano Série III rend le soprano plus facile à jouer, plus juste et plus confortable ergonomiquement. L'émission de son registre aigu, qui est étendu jusqu'au sol aigu, a été grandement facilité. Le choix entre les bocaux courbe et droit permet de se l'approprier plus facilement.

Saxophone Tenor
Ténor Super Action 80 Série II

Le ténor "Super Action 80 Série II" s'est forgé une solide réputation grâce à personnalité très différente. Il permet la production d'un son ouvert, harmoniquement très riche et un excellent pouvoir de projection.

Saxophone Tenor
Ténor Référence 54

Le "Référence 54", plus centré que le "Référence 36", reprend la conception du célèbre "Mark VI", produit à partir de 1954.

Découvrez aussi
Tous les artistes