Le bocal

De forme conique, il joue un rôle très important dans le résultat acoustique global, la moindre variation de son volume intérieur ou de sa longueur ayant une influence directe sur la justesse, la facilité d’émission et la couleur sonore.

Le corps

Prolongeant le cône du bocal, le corps est percé de nombreux trous (les cheminées) sur toute sa longueur. Leur diamètre est croissant dans le sens de l’évasement du cône. C’est sur cette partie qu’est fixé l’essentiel de l’infrastructure du clétage.

La culasse

C’est la partie basse cintrée reliant le corps au pavillon. Cette partie n’existe pas sur les modèles Soprano (à l’exception du Soprano courbe) et Sopranino, instruments de forme droite. C’est aussi une pièce sensible, de conception délicate, déterminante pour l’émission des notes graves.

Le pavillon

La diffusion du son se fait par un pavillon de forme évasée. Cette pièce généralement solidaire de la culasse conditionne en partie les qualités de projection. Il est plus ou moins long et évasé selon les modèles car ces aspects jouent sur le timbre et la projection.

Le clétage

À ces quatre grandes parties s'ajoute le clétage. C'est l'ensemble des pièces primaires qui constituent les clés, les cadences, les spatules, ainsi que celles qui relient ces éléments entre eux, comme les tringles, et permettent leur actionnement. Les gardes servent à protéger les clés des notes graves du saxophone, beaucoup plus exposées aux chocs que tout le reste de la mécanique. Leur design permet de se repérer dans la production et la date des instruments.

Les premières gardes qui apparaissent sur les modèles 22 et 26 sont des gardes filaires, très légères. À partir du Cigar Cutter, leur design évolue sensiblement en adoptant notamment une assise triangulaire. Sur le « Balanced Action » de 1936, les gardes sont embouties et sur le Ténor, les gardes si, si♭ graves sont séparées. Intégré dans les gardes, un système de feutres réglables permet d’ajuster la levée des plateaux du grave. Ce type de gardes sera pérennisé sur les modèles suivants, avec le retour d’une garde double sur le Ténor « Mark VI », jusqu’aux modèles actuels.

L’organologie moderne classe le saxophone dans la catégorie des bois, même si sa fabrication le rapproche davantage de celle des cuivres. Le son du saxophone est en effet produit à l'aide d'un bec et d'une anche (en général en roseau).