« À six ans, j'ai commencé à jouer du piano, mais il me manquait quelque chose. Alors quand j'ai essayé le saxophone à l'âge de dix ans, je suis complètement tombée amoureuse de cette chose presque sensuelle avec le son. Je pouvais tout faire avec mon souffle. Je pouvais produire un son très sauvage et puissant, pas très calme au début, puis j'ai appris à le faire. Mais c'est vraiment étonnant, d'être aussi libre avec le son du saxophone. Et puis, bien sûr, de manière générale le son pour moi est quelque chose d'essentiel. C'est quelque chose qui explique le monde. Il s'agit de la façon dont je ressens le monde et comment je me connecte avec lui. Et je pense aussi qu'en grandissant ou en développant différentes choses en soi, on change sa perspective sur le son. Et pour moi, le son ne devrait pas être toujours beau, ce n'est pas ce que je recherche, c'est plus l'expression du son que je recherche. Il peut être colérique, il peut être sauvage, il doit être coloré, je pense, il peut être d'une seule couleur, si c'est vraiment la couleur choisie. Mais cela doit être quelque chose qui exprime les sentiments, qui touche le public ou les auditeurs ou soi-même. Et être vivante et en contact avec le son, c'est ce que je recherche toujours.»
 

En savoir plus sur Asya Fateyeva
Retrouver l'intégralité des épisodes sur Facebook et Youtube