Retraite musicale et spirituelle sur Williamsburg Bridge


Sonny Rollins youngEn 1959, le saxophoniste Sonny Rollins est au sommet de la gloire : déjà considéré comme l'un des meilleurs saxophonistes ténors et improvisateurs de l'époque, il a sorti une vingtaine d’albums, composé plusieurs tubes, joué avec les plus grands jazzmen de l'histoire parmi lesquels Charlie Parker et John Coltrane... Pourtant, l’été venu, il  disparait de la scène.

Il n'enregistrera ni ne se produira en public pendant plus de deux ans, un temps infini pour les jazzmen de l’époque.

« J'avais l'impression de marcher à côté de moi. Je cherchais quelque chose, sans savoir quoi. Puis, un jour d'août, en traversant ce pont qui relie Brooklyn à Manhattan, j'ai été captivé par la lumière qui se propageait le long de cette voie déserte. New York resplendissait devant moi: les gratte-ciel se reflétaient sur l'eau; les sons des bateaux et du trafic se répondaient en écho. J'ai brandi mon saxo et j'ai joué, m'unissant à cette symphonie, comme je l'aurais fait avec des musiciens, mais sans limites. Je pouvais hurler, plus fort que jamais, et accroître la puissance de mon son. » (Sonny Rollins dans l’Express, 2005)

Sonny Rollins The BridgePour ne pas gêner ses voisins, Sonny Rollins commence alors en secret à s’entraîner sur Williamsburg Bridge quasi quotidiennement. De l'été 1959 à l'automne 1961, le seul moyen de l'entendre jouer est de passer par ce pont. Il y joue généralement seul, jusqu’à 16 heures par jour. Le musicien profite également de ce congé sabbatique pour se mettre au yoga, à faire de l'exercice, à arrêter de fumer, se plonger dans des textes spirituels…

Lorsque Sonny Rollins revient finalement sur scène en novembre 1961, c’est un homme changé. L’album The Bridge (1962) sera intronisé au Grammy Hall of Fame en 2015. Sonny Rollins poursuivra sa carrière pendant encore un demi-siècle, enregistrant plus de 50 albums, se produisant dans les plus grandes salles de concert du monde, collaborant avec Thelonious Monk, Miles Davis, Max Roach, les Rolling Stones, Leonard Cohen...  Il recoit en 2004 un Grammy Award for lifetime achievement (couronnement d'une carrière).

À l’occasion du Festival de Jazz de Marciac en 2012, la maison SELMER offre à Sonny Rollins un saxophone unique fabriqué spécialement pour lui : un cadeau pour la fidélité qu’il a toujours témoignée à la marque au cours de son immense carrière.

 

Hommage à une légende vivante


Passionné de jazz, Jeff Caltabiano a lancé en 2017 une initiative visant à faire renommer le pont de Williamsburg « Sonny Rollins Bridge » afin de rendre hommage au musicien et à son immense contribution à l'histoire du jazz. Il s'agit aussi de commémorer un congé salutaire pour le musicien, de célébrer cette quête spirituelle et musicale inlassable qui le caractérisait.

Un projet de loi a récemment été présenté au Conseil municipal de New York. Le membre du Conseil Stephen Levin, parrain du projet, a déclaré :

« À New York, vous verrez beaucoup de monuments à la gloire des hommes politiques. Vous ne verrez pas beaucoup de monuments dédiés aux pionniers de la culture qui incarnent l'esprit de la ville. L'histoire de Sonny Rollins et du pont de Williamsburg est une histoire culturelle typiquement new-yorkaise. C'est une histoire de transformation et de transcendance. Lorsque Sonny a commencé son congé sabbatique sur le pont, il a laissé derrière lui des pans entiers de sa vie. D'une certaine manière, cette ville sert le même objectif que le pont a servi pour Sonny. Les gens viennent de partout, laissant tout derrière eux pour devenir quelque chose de plus.»

 

► En savoir plus sur Sonny Rollins Bridge Project
► Voir la fiche artiste de Sonny Rollins