Thomas Hornig

« Au fil des ans, je me suis considéré comme extrêmement chanceux d'avoir été au bon endroit et au bon moment à Beyrouth en tant que "saxophoniste américain". Pourtant, ce n'est qu'après une récente conversation avec ma fille que j'ai finalement réalisé la probabilité que j'aurai collaboré et joué avec plus de musiciens de la région que tout autre musicien occidental dans l'histoire récente". Thomas Hornig

« Après des études de jazz à l'Université du Minnesota, un service en tant que musicien dans l'armée américaine à Berlin et quatre années d'études avec le professeur Alain Bouhey à l'Ecole Normale de Musique de Paris, je suis devenu le premier Américain à m'installer au Liban et j'ai fini par briser l'embargo américain.

Ma fiancée libanaise était déterminée, comme beaucoup de jeunes Libanais, à participer à la renaissance du Liban après la longue guerre civile. Engagé par le Dr Walid Gholmieh pour enseigner au Conservatoire national de musique du Liban, je suis finalement devenu le Premier saxophone de l'Orchestre philharmonique du Liban, où j'ai joué avec une longue liste de chefs d'orchestre invités.

Mes apparitions ont été sérieuses et exigeantes. Il va sans dire que je suis très fier d'avoir joué dans des œuvres telles que L'Arlésienne de Bizet et les Danses symphoniques de Rachmaninov. À ce jour, le OPL a fait appel à moi plus de trente fois et j'ai toujours considéré que c'était un privilège extrêmement rare de jouer au cœur d'un orchestre. À un moment donné, j'ai même été invité à interpréter Le Vieux Château avec l'Orchestre du Kirov en visite, dirigé par Valery Gergiev.

D'autres moments inoubliables comprennent des représentations avec des artistes distingués comme Julia Boutros, Omayama Khalil, Charbel Rouhana, Oussama Rahbani, Hiba Tawaji, Ghassan Rahbani, Ziad Rahbani, Nareg Abajian, Yarub Smarait, Tarek Yamani, Arthur Satyan et Anthony Touma parfois devant un public nombreux aux ruines romaines de Carthage, Baalbek, Busra et Tyr, au château de Beaufort en Lattaquié, en Syrie, aux festivals de Byblos, de Beit Eddine et du Cèdre, et dans toute la région du Moyen-Orient, de l'Afrique du Nord et de l'Europe.

Quelques idées qui se sont concrétisées...

Présenté à la tête de Solidere en 1997, on m'a demandé de produire le tout premier festival de jazz dans le centre-ville de Beyrouth nouvellement reconstruit en 1997. Suite à l'intervention directe de l'ambassadeur de France, Patrice Paoli, le Big Band du Conservatoire national de Beyrouth a offert un spectacle de charité à la résidence de l'ambassadeur de France à Beyrouth, qui a permis de gagner 200 000 dollars pour les soins palliatifs.

Toujours pas encore légalement visible en vertu des lois archaïques du Liban sur la nationalité et le parrainage, je suis fier d'avoir été à l'avant-garde de l'activisme social individuel et bénévole à Beyrouth pendant deux décennies, avec notamment la production d'une chanson sur la nationalité libanaise mettant en scène Charbel Rouhana sur des paroles de Rabih Mroué.  Une campagne de grande envergure, dont le point culminant a été une audience avec le ministre d'État libanais en 2010, a débouché sur un vote du cabinet en faveur de l'octroi du statut de résident permanent aux maris et aux enfants de 77 000 femmes libanaises et je fais actuellement campagne pour le droit à des soins de santé de qualité pour les travailleurs migrants au Liban.

Mais l'une de mes plus grandes fiertés au fil des ans est sans doute une production, en cours de réalisation depuis deux ans et demi, qui mettait en scène Charbel Rouhana (Oud), des arrangeurs ayant remporté un Grammy Award et le Big Band du LHNCM. Cette production, présentée sur Al Jazeera, était la première fois dans l'histoire que le oud (luth oriental) était présenté avec un big band pour un concert complet. Mon travail avec le big band de la faculté du Conservatoire libanais a duré dix ans, pendant lesquels j'ai souvent été chargé de créer des occasions de se produire lors d'événements de gala et de festivals de musique.

Actuellement, j'espère pouvoir publier trois albums qui sont enregistrés mais pas mixés/masterisés ; un enregistré à New York avec Amadis Dunkel, Hyuna Park, feu Jeff Andrews et Ben Perowski, et deux albums enregistrés en direct dans le bureau de la résidence de l'ambassadeur de France à Beyrouth. »

Sa sélection
D'instruments
Saxophone Alto
Alto Référence

C'est le succès du célèbre modèle Mark VI qui a largement inspiré la conception de l'alto Reference. Saxophone capable de procurer une grande largeur de son en conservant la rondeur, caractéristique des modèles historiques. C’est un modèle qui allie la tradition acoustique et la facture moderne. Il est doté d’un pavillon légèrement plus long, pour ouvrir les graves et procurer une meilleure justesse.

Saxophone Tenor
Ténor Référence 36

Le "Référence 36" comporte une tonalité riche, ouverte, dans l'esprit du "Balanced Action", fabriqué à partir de 1936.

Découvrez aussi
Tous les artistes