Home - Musicians  / 

 Jacques Di Donato

Jacques Di Donato

1

2

3

4

5

zoom

1

2

3

4

5

zoom

1

2

3

4

5

zoom

1

2

3

4

5

zoom

1

2

3

4

5

zoom
Jacques Di Donato a joué tous les rôles en musique. Sa curiosité le conduit, après des études institutionnelles qui trouvent leurs consécrations au CNSM de Paris, à embrasser tous les genres musicaux. Le bal tout d’abord dans l’orchestre familial, le studio, le show-biz où il rencontre les grandes personnalités de la chanson : M. Chevalier, Bourvil, J. Brel, Barbara, L. Minelli, C. Trenet… Le jazz, le free jazz, il fait une rencontre capitale avec B. Lubat, la grande aventure de la musique du XXème siècle. Il participe ainsi à de nombreuses créations et vie des rencontres palpitantes avec les compositeurs les plus marquants de notre époque : K. Stockhausen, P. Boulez, G. Amy, O. Messiaen, J. Cage, V. Globokar, L. Nono et enfin G. Aperghis (avec lequel il se joint pour de nombreuses créations de théâtre musical en Avignon). Soliste au Nouvel Orchestre Philharmonique de Radio France, concertiste international, pluri-instrumentiste, pédagogue réputé (depuis 1984 professeur au CNSM de Lyon), il est régulièrement invité dans les grands mouvements pédagogiques. Promu Chevalier de l’Ordre des Arts et des Lettres en 1985. Clarinettiste, saxophoniste, batteur, improvisateur, compositeur, homme de tous les répertoires, de Mozart à nos jours, c’est cette marginalité attachante qui fait de DiDo un musicien hors du commun. « Jacques DiDo est un cas : incapable de rater un concert parce que sa question n’est pas de le réussir, mais de le jouer, de le déjouer et de provoquer une sorte de bonheur très rare, très tendre, le bonheur d’intelligence. Modèle d’invention et de liberté… ce multi-instrumentiste a vécu toutes sortes de musiques avec un seul objectif : faire passer l’émotion, la liberté… explorateur de sons… J DiDo est là où on ne l’attend pas. » (F. Marmande)
Instruments : les Sib et La Signature dont il est le concepteur, la clarinette mib Récital et la basse Privilège.
J’aime la personnalité du timbre de l’instrument Selmer Paris, sa richesse liée à la rondeur, l’homogénéité, l’ampleur et sa sensualité. Je cherche l’élégance du souffle, la vérité de l’émotion, le désir d’être sensible à l’infime vibration. J’aime la souplesse du phrasé, la spontanéité des attaques,  la rondeur des articulations. Cela me permet de travailler en miniaturiste, d’apporter le soin à la netteté des phrasés, de travailler le traitement tout en souplesse des contrastes pour donner au chant ductilité et relief.